Women VS Video games

« Je suis devenue la cible d’une campagne massive de haine en ligne, explique alors la jeune femme. Le plus dur dans cette histoire de misogynie à grande échelle, c’est de savoir que mes détracteurs parlaient de leur harcèlement et leurs abus comme d’un jeu ».  Anita Sarkeesian, suite à son cyberstalking/bullying.

Let’s talk about women. Je suis une femme et j’aime les jeux vidéos, comme 49% d’entre nous. En effet, la communauté des gamers est composée de quasiment autant de femmes que d’hommes. Mais pourquoi le préciser si nous sommes si nombreuses ? Parce que ce pourcentage parait étonnant quand on voit la représentation de la gente féminine dans ce milieu. La place de la femme dans cette univers est très controversée, ce qui suscite chez l’intéressée, une volonté de discrétion pour éviter un déferlement de misogynie *planquée derrière mon pseudo j’évite les réflexions graveleuses et les propositions sexuelles*. Omniprésent, le sexisme est un frein à l’implication des femmes, à tel point que dans les différentes sphères (professionnelle, e-sport), elles sont quasi inexistantes sur la scène médiatique.

« On a pris l’habitude de s’auto-persuader du contraire, et quand on n’y arrive plus, de se museler, de s’autocensurer. C’est une question de sécurité, physique, financière, émotionnelle : parler, c’est presque littéralement se suicider. Même entre femmes, on évite. » Je ne rentrerais pas dans les détails sur le domaine professionnel (n’étant qu’une simple gameuse), cette citation est bien plus éloquente et je vous  conseille d’aller checker l’article  complet Cachez cette joueuse que je ne saurais voir.

Pour s’attarder sur le domaine de l’e-sport, même si des développeurs, comme Riot Games en octobre 2015 avec la coupe du monde féminine de League of Legend, tentent de palier à cette non mixité : ce n’est pas already won. Notamment, dans ce contexte de compétition mondiale, la visibilité qui est attribuée aux gameuses est accrue mais les retombées ne sont pas essentiellement positives. Au contraire, on affirme que les femmes devraient « retourner dans leur cuisine » ou qu’elles sont « plus mauvaises que les hommes » et bien d’autres joyeusetés sexistes. On frôle vite l’irrespect et l’insulte quand sont mis à mal nos homologues masculins *vous reprendrez bien une petite tasse de males tears ?*. Wait, j’ai dis frôler ? Ah, pardon.

Kayane_2 Kayane_4 Kayane_1

(screen du chat de Kayane, joueuse professionnelle)

Entre réflexions dégradantes et menaces de viols, that escalated quickly. Je pense qu’à travers ce genre d’images, il est plus évident de se figurer le genre de combats auxquels les femmes de ce milieu font face *et je ne parle pas d’un versus fighting à la loyale mais plutôt d’un one à l’AWP vs bot sans aucune arme*. Besoin d’un autre témoignage « Mima nous le dit et confirme : Perso mon micro casque est vite devenue un simple casque pour jouer en ligne, j’en ai même choisi un où le micro se détache. Je ne le remets que sur des mumble safe peuplés de gens que je peux giffler IRL si ils me manquent de respect. » (extrait d’un article de geeks inside Le sexisme dans les JV). J’ai moi-même vécu ce genre de moment délicat où tu aimerais mettre ton micro pour pouvoir jouer plus facilement mais que tu ne le fais pas. Puisque tu sais qu’en quelques secondes tu vas avoir le droit à une drague aussi lourde qu’un Darius en top lane et que tu vas devenir aussi crédible que Diablo III *on vient pour carry notre team, pas pour un speed dating*.

Comment demander aux gameuses de s’affirmer et de prendre leurs marques dans un environnement hostile ? Dans le domaine public, elles sont fréquemment humiliées mais aussi réduites à leur image, le focus est fait sur leur intelligence physique plutôt que tactique. Pourtant en dépit du comportement fautif des hommes en question, c’est aux femmes qu’on demande de légitimer leur place plutôt qu’à ces premiers de changer leur mentalité déplacée. En continuant sur l’exemple du chat, les gameuses devront occulter les commentaires odieux et se concentrer sur leur game alors qu’il serait bien plus normal de sanctionner leurs auteurs avec un ban. Pourquoi régler le problème à la source quand on peut l’éviter royalement ? Cette tolérance est d’autant plus insupportable que bien des femmes, notamment KimShee-Yoon joueuse Starcraft victime d’harcèlement sexuel, souffrent énormément de ces injustices et de cette violence chaque jour.

Pour vaincre ce clivage homme/femme, il faut arrêter d’ignorer ou de dédramatiser les situations auxquelles sont confrontées les gameuses au quotidien. En répondant fermement aux insultes sexistes, en désapprouvant publiquement les abus et en pénalisant les comportements déplacés, le monde du jeu vidéo serait beaucoup moins malveillant. A défaut d’avoir de réelles punishments pour le moment, des joueuses ont déja trouvé des moyens de faire regretter leur irrespect à certains comme Ana Visneski « Rien n’enseignera plus vite à quelqu’un de ne pas être un connard, que de voir son gamerscore chuter parce qu’il mourra lorsque vous quitterez le jeu ». *bon toute cette haine m’a donné envie d’aller casser des rotules de machos sur CSGO*

Ah, terminons sur un fact intéressant. Dans la plupart des jeux vidéos, la joueuse devra obligatoirement incarner un personnage masculin puisqu’elle n’a que cette possibilité (Call of Duty, Far cry…) *vous voyez venir les pleurnicheries ?*. Le jeu survival-horror Rust a décidé, dans sa dernière mise à jour, de ne plus laisser le choix aux gamers d’incarner une femme ou un homme pour laisser place à un système random. Un petit aperçu des réactions misogynes ? Oui, mais pas sans la réponse des développeurs du jeu *messieurs à vos mouchoirs !*

Sans titre

2

Alors même si beaucoup de travail reste à faire et que les femmes ont encore pas mal de mysoginist master boss à affronter, l’univers du gaming est en pleine évolution et le marché du jeux vidéos aussi *même s’il est bien trop sexiste et tourné vers les hommes bien sûr*. Les mentalités crasses doivent changer, ennemies will be slain. Qui sait, peut-être que dans quelques années les personnages féminins auront même le droit à une vraie armure.

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Women VS Video games

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s